Immigration

Pour quiconque cherche à s’installer aux États-Unis, la question de l’immigration est à régler en priorité. Les Canadiens qui passent l’hiver de l’autre côté de la frontière sont autorisés à un séjour maximum de 180 jours par an, aux fins d’immigration. Passé ce délai, ils courent le risque de se voir refuser l’entrée dans le pays et de ne plus pouvoir passer l’hiver dans leur résidence secondaire, participer à d’importants événements ou rendre visite à leurs petits-enfants.

Les voies d’immigration du Canada aux États-Unis

Pour les Canadiens, il y a différentes manières de préparer leur immigration aux États-Unis et d’obtenir le statut de résident. Choisir la voie à suivre n’est pas toujours évident. En effet, chaque visa américain comporte ses avantages et ses limites. Afin de déterminer la meilleure façon d’immigrer, il est indispensable de définir des priorités et des objectifs bien précis en posant des questions telles que : Est-ce un déménagement définitif? Avez-vous l’intention de travailler?

Avez-vous une offre d’emploi? Possédez-vous une entreprise? Serez-vous accompagné de membres de votre famille (conjoint/e, enfants)? Si vous avez l’intention de passer la majeure partie de l’année aux États-Unis, il est essentiel de consulter bien à l’avance un spécialiste de la planification transfrontalière pour étudier les options dont vous disposez. Avant de devenir résident américain, vous devez impérativement définir votre plan transfrontalier global. Voici quelques informations concernant les visas dont vous pouvez bénéficier, ainsi que les possibilités d’obtention de la carte verte.

Carte verte pour investisseur EB-5 :

Cette méthode permet aux Canadiens qui investissent 500 000 dollars dans l’un des projets de centres régionaux agréés par l’immigration américaine de postuler pour une carte verte. Il s’agit généralement de projets immobiliers tels que la construction d’immeubles de bureaux ou de chaînes d’hôtels situés dans une région des États-Unis où le taux de chômage est élevé et l’activité économique doit être développée. Ce type d’investissement est idéal pour les clients, retraités ou non, qui privilégient une approche passive. En tant que commanditaire dans un investissement collectif, le client est un investisseur passif qui ne participe pas à la gestion quotidienne du projet. Au bout d’un an environ, un client peut obtenir une carte verte conditionnelle pour les États-Unis.

Visa E-2 :

Les Canadiens qui souhaitent s’expatrier aux États-Unis et diriger une affaire peuvent faire une demande de visa E-2. Cette catégorie de visa permet aux Canadiens de résider et de travailler aux États-Unis tant qu’ils continuent de diriger l’entreprise. Même si ce visa peut être renouvelé indéfiniment, il est important de se rappeler qu’il s’agit d’un visa temporaire n’aboutissant pas à l’obtention d’une carte verte.

Citoyen américain/Conjoint d’un citoyen américain :

L’un des moyens les plus courants d’obtenir la carte verte est de passer par un membre de la famille. Vous pouvez avoir le droit de postuler à la carte verte si vous avez un lien de parenté direct avec un citoyen américain. Ceci concerne les conjoints, les enfants et les parents d’un citoyen américain.

Clinton vs. Trump: The US Presidential Frontrunners’ Platforms on Immigration, Tax & Health Care and their Potential Impact on Canadians

In February, I discussed the leading presidential candidates’ positions on tax and health care on CJAD 800AM, reviewing the platforms of Bernie Sanders, Hillary Clinton, Ted Cruz and Donald Trump. Last week, The Atlantic published a US presidential race cheat sheet with a byline stating that November’s presidential race will most likely be run by Hillary Clinton and Donald Trump, based in part on these candidates’ recent victories in the Northeast primaries. Now that the presidential race’s true frontrunners are more clear, an updated discussion of Clinton and Trump’s platforms is warranted. As such, this blog provides a high-level primer […]

Read More